Retour à la liste des partenaires

Musée de la Vie Romantique

Arrivé à Paris en 1811, Ary Scheffer (1795-1858), le peintre d’origine hollandaise, s’installe en juillet 1830 dans le quartier à la mode de La Nouvelle Athènes au n° 7 de la rue Chaptal (actuel n° 16). Dans l’atelier-salon, Scheffer, portraitiste renommé sous la monarchie de Juillet, reçoit le Tout-Paris artistique et intellectuel. Delacroix vient en voisin, comme George Sand avec Chopin qui joue volontiers sur le piano Pleyel. Ils retrouvent Liszt et Marie d’Agoult, mais aussi Rossini, Tourgueniev, Dickens ou Pauline Viardot. 

En 1956, la maison fut vendue à l’Etat pour un montant symbolique, afin qu’y soit établie une institution culturelle. En 1982, l’Etat remit la gestion de l’immeuble à la ville de Paris qui ouvrit alors une annexe du musée Carnavalet sous l’appellation de « Musée Renan-Scheffer ». Peu après, un nouveau programme muséographique fut mis en œuvre, mettant en valeur dans les bâtiments rénovés sous la conduite de Jacques Garcia, de nombreux souvenirs de George Sand. Le musée prend en 1987 le nom de « musée de la Vie romantique ».